2021 – 20163

A Propos

Le 6 Juillet 2021, en collaboration avec le Bureau du patrimoine archéologique de la Seine-Saint-Denis, le Conseil Départemental et la Direction de la culture, du patrimoine, du sport et des loisirs, notre équipe se consacrera à un idiophone en forme de lance, à un cercle de fer ainsi que des pendeloques en alliage cuivreux retrouvés dans une sépulture du IIIème siècle avant notre ère dans la nécropole gauloise de Bobigny en Seine-Saint-Denis. En partenariat avec l’Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique (ITEMM),
notre équipe suivra une méthodologie non destructive reposant sur des technologies de nouvelle génération (numérisation 3D, photogrammétrie, vibrométrie laser etc).
Les données produites par nos travaux trouverons une utilité dans de nombreux domaines d’application (étude, recherche valorisation). Cette approche pluridisciplinaire permettra également de remonter aux propriétés du matériau en vu de reconstituer les objets grâce à un protocole ’archéologie expérimentale dont le fruit permettra de mieux comprendre la fonction de ces artefacts. Suivront une exposition (Virtuelle et Physique) avec un parcours dédié composé de photos de la mission et de fac-similés des artefacts, de conférences ainsi que la projection d’un documentaire
et un concert afin de permettre aux publics de renouer avec des sonorités vieilles de 2000 ans.

Contexte

Ces objets ont été découvert en 2004 sur le site de la nécropole de l’Hôpital Avicenne (Seine-Saint-Denis Denis) au sein de la sépulture 195 datée du début du IIIème Scièle avant JC. L’ensemble du mobilier de cette sépulture est aujourd’hui conservé dans les collections du Bureau du patrimoine Archéologique de la Seine-Saint-Denis. En 2006, un premier essai de reconstitution concluante a été mené sur la lance dont les résultats ont été publiés dans la revue archéologique d’île de France.

Notre enjeu sera de poursuivre les travaux menés en 2006 et d’apporter un regard nouveau sur la lance ainsi que sur ensemble du mobilier découverts dans la sépulture 195.

Nous avons réalisé des reconstitutions de ces objet en tenant compte de leur composition exacte, identifiée grâce à une méthodologie non destructive de nouvelle génération. Nous espérons ainsi pouvoir contribuer humblement à l’avancée de l’état des recherches grâce aux nouvelles technologies porteuses d’innovations conjuguées à l’archéologie expérimentale. Cette approche pluridisciplinaire permettra une lecture d’ensemble de ces remarquables objets et peut-être, une meilleure compréhension des coutumes musicales de l’époque antique.


Numérisation

Cette méthode permet de créer une copie numérique d’un objet en utilisant un scanner. Cela permet dans un premier temps d’enrichir les bases de données numériques facilitant le travail à des chercheurs et des étudiants du monde entier.

Le document 3D permet une conservation numérique de la géométrie, voire de la couleur, s’il est couplé à une photogrammétrie, ce qui se révèle précieux lorsque certains artéfacts viennent à se dégrader (naturellement, vandalisme, etc.) ou à subir un vol ou une perte.

Aussi, le document 3D ouvre de nombreuses perspectives sur le terrain de la médiation par la création de musées virtuels en ligne, de modules de médiations technologiques de type holographiques ou la reproduction de facsimilé.

vibromètrie laser

La vibrométrie laser permet de mesurer sans contact les vibrations à la surface d’un objet. Une analyse permet alors de déterminer quels sont les modes de résonance de la structure, c’est-à-dire des façons bien particulières de vibrer en fonction de la fréquence. Conjuguées à la numérisation 3D et aux simulations, cette approche permet d’identifier les propriétés mécaniques (rigidité, amortissement) de l’objet.

L’inventaire Numérique

A Propos

La Lance Musicale

Le Sistre fait partie de l’instrumentarium antique. Vraisemblablement lié au domaine du sacré, il est retrouvé en Égypte où il était utilisé dans le culte à Isis ou à Hator, et dans le monde Grec et Romain. Bien que l’archéologie n’ait pas encore mis au jour d’autre objet similaire, il semble évident que ce type d’instrument occupait une place importante dans l’antiquité celtique. Le personnage inhumé dans la sépulture 195 semble étroitement lié au domaine du sacré, comme en témoigne le reste du mobilier, comprenant notamment un ensemble de pendentifs en bronze évoquant un sistre et une hache. Enfin, ce Sistre évoque une lance, ce qui peut renvoyer soit au passé guerrier du défunt qui est mort à un âge avancé, soit à la lance du dieu Lugus.

Sistre en bronze, Égypte -I – IIème Siècle ap-JC – Metropolitan Museum

Sistre en fer – Ier Siècle avJC collection du Musée d’art et archéologie de Guéret

et, tempus Lorem libero venenatis sem,