Commission Musicologie – Art – Artisanat du PRIAE

Musicologie – Art – Artisanat

Cette commission, composée d’archéo-artisans spécialistes de l’archéologie expérimentale, mais aussi de musicologues, d’organologues, ethnomusicologues (etc.) a pour principale fonction d’interpréter la dimension pratique des représentations instrumentales, des artefacts et des différentes données inhérentes, inventoriés par l’ensemble des autres commissions afin de pouvoir passer à la reconstitution.

En somme, cette commission a pour but de mettre en œuvre tout ce qui aura été engrangé et de mettre en lumière de par la mise en pratique, tout ce que les théories et les hypothèses laisseront dans l’ombre.

Une fois le puzzle assemblé, il s’agira de reproduire toutes les conditions de la fabrication d’un instrument à l’Âge du fer en prenant en compte plusieurs facteurs établis et renseignés par les travaux menés précédemment par l’ensemble du PRIAE.

L’outillage

Après avoir inventorié l’outillage de l’artisan du bois découvert sur les principaux sites archéologiques du territoire de la Gaule, il s’agira, aidés de nos artisans forgerons et métallurgistes, de les forger au plus près de ce qu’ils étaient autrefois, afin de réaliser une palette d’outils semblable à celle qu’aurait probablement eue à disposition un artisan gaulois.

Cette étape sera suivie par un étudiant en Master d’archéologie Rennes 2 qui consacrera son mémoire à la mise au point d’un protocole dédié à l’archéologie expérimentale.

Les techniques artisanales

Après avoir reconstitué les outils au plus proche de ce qu’ils étaient autrefois, il s’agira de retrouver les techniques.

Fort heureusement et à bien des égards, le geste artisanal n’a pas énormément évolué et la pratique de la plupart des outils semblera assez évidente à tout professionnel du bois d’aujourd’hui (du fait que beaucoup de ces mêmes outils sont encore utilisés de nos jours et sous des formes assez semblables).

Pour l’outillage dont les techniques semblent plus incertaines, nous aurons recours à l’archéologie expérimentale et retrouverons les gestes par la pratique.

Les matériaux

Afin de déterminer la nature des différents matériaux qui composaient l’instrument, nous procèderons par étude comparée (à défaut d’instruments) de différents ouvrages de bois attestant de l’usage de telle ou telle essence, conjuguée à une étude de  palynologie permettant d’inventorier les espèces d’arbres présentes sur le territoire et demeurant à la disposition des artisans de l’époque. Par cet inventaire, nous choisirons le ou les différents sujets en fonction des propriétés mécanique, acoustique et en tenant compte du contexte ethnologique et anthropologique.

La pratique instrumentale

Après avoir reconstitué l’instrument au plus près de la réalité historique, c’est cette fois-ci une équipe de musicologues, d’ethnomusicologues et de musiciens instrumentistes qui agiront de concert en menant l’investigation afin de répondre à la grande question : « Que jouaient les Gaulois avec la lyre ? »

Pour ce faire, nos équipes exploreront trois grandes directions :

  • Que nous dit l’Histoire sur cette pratique musicale et la fonction du musicien et de son instrument à l’Âge du fer sur le territoire gaulois ?
  • Que nous disent nos cultures traditionnelles contemporaines dont certains archaïsmes suggèrent une filiation, et jusqu’où peut-on remonter le fil du temps afin d’esquisser en ombre chinoise un semblant de répertoire ?
  • Nous confierons la lyre aux différents instrumentistes dans le but de confronter l’instrument à leurs différentes expertises instrumentales et ainsi, retrouver les gestes et de possibles techniques de jeu.

Master

Luc Igigabel Fernagut, étudiant en Master 1 d’Archéologie à l’Université de Rennes 2, travail au sein du P.R.I.A.E, conjointement à la thématique de son Master.

Ce Master vise à déterminer, grâce aux travaux déjà réalisés au sein du milieu de la reconstitution historique, les modalités d’utilisation et l’intérêt respectif de tel ou tel outil dans le domaine vaste du travail du bois au sein de la période de la Tène, ainsi que de réaliser une boîte à outils, la plus exhaustive possible, de l’outillage du travailleur du bois en Gaule

Le résultat de ses recherches permettra de produire des données indispensables quant aux outils et aux techniques certainement utilisés à la période de la Tène pour construire une Lyre Gauloise.

id, adipiscing dolor fringilla libero. nec